Projet de loi no 77 : l’immigration doit tenir compte de la réalité des entreprises de la métropole

Partager sur :
Imprimer

Ajouté le 2 février 2016 dans Communiqués de presse

Montréal, le 2 février 2016 ‒ La Chambre de commerce du Montréal métropolitain a présenté aujourd’hui en commission parlementaire son mémoire sur le projet de loi sur l’immigration au Québec. Le président et chef de la direction de la Chambre, M. Michel Leblanc, a rappelé que les mécanismes de sélection de l’immigration économique doivent viser un meilleur arrimage entre les compétences des immigrants sélectionnés et les besoins des entreprises de la région métropolitaine de Montréal. La mise en place d’un système mettant davantage à contribution les entreprises dans le processus de sélection contribuera à accélérer l’intégration professionnelle des nouveaux arrivants en plus de permettre aux entreprises de combler plus facilement leurs besoins de main-d’œuvre.

Se doter de mécanismes de sélection plus efficaces

« La Chambre réitère sa position en faveur d’un modèle de sélection qui s’appuie sur la déclaration d’intérêt des candidats à l’immigration. Ce mécanisme de sélection a fait ses preuves ailleurs dans le monde et a récemment été mis en place au Canada. Cependant, nous rappelons au gouvernement que le succès d’un tel mécanisme réside dans le choix des critères de sélection et dans leur prévisibilité. À cet effet, il est impératif que le milieu des affaires soit consulté lors de l’élaboration de ces critères, sans toutefois perdre de vue les besoins prospectifs du marché du travail du Québec et de sa métropole », a déclaré le président et chef de la direction de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.

« Le nouveau mécanisme mis en place doit aussi reconnaître le caractère hautement stratégique des travailleurs étrangers temporaires et des étudiants internationaux comme le fait actuellement le Programme de l’expérience québécoise (PEQ). Ce sont près de 42 000 travailleurs temporaires et étudiants internationaux qui sont établis dans la région métropolitaine de Montréal et qui présentent, par le fait même, un fort potentiel d’intégration. Leur rétention doit constituer une priorité pour le gouvernement du Québec. Dans l’éventualité où le gouvernement abandonnerait le processus propre au PEQ, des dispositions doivent être mises en place à l’intérieur du mécanisme de déclaration d’intérêt pour favoriser le passage du statut temporaire au statut permanent », a poursuivi Michel Leblanc.

Améliorer l’intégration des nouveaux arrivants

« La Chambre salue la volonté du gouvernement de bonifier l’offre de services destinés aux nouveaux arrivants pour favoriser leur accueil et leur intégration. Cependant, il existe déjà une panoplie de programmes et de services en matière d’accueil, de francisation et d’aide à l’emploi qui leur sont proposés. Dans ce contexte, une étude approfondie de ces services et programmes s’impose. De nombreux sondages révèlent que dans bien des cas, une meilleure promotion des services déjà en place constitue une solution plus efficace. Le cas échéant, cette option doit être privilégiée », a insisté M. Leblanc.

« En contrepartie, peu de programmes répondent spécifiquement aux besoins des employeurs du Québec et de sa métropole en matière d’intégration des nouveaux arrivants et de gestion de la diversité. Pourtant, le rôle qu’ils jouent est déterminant dans l’intégration professionnelle des immigrants. Le gouvernement doit donc mieux les outiller pour les amener à embaucher une plus grande proportion de travailleurs immigrants. Cela doit se faire en facilitant l’évaluation des expériences de travail acquises à l’étranger, en élaborant des programmes d’accompagnement en intégration professionnelle destinés aux entreprises et en favorisant le maillage entre employeurs et travailleurs immigrants », a affirmé Michel Leblanc.

« À l’heure du vieillissement accéléré de la population, nous devons tirer pleinement profit des compétences de chacun, qu’il soit immigrant ou non. La démarche entreprise par le gouvernement avec la révision de la politique québécoise en matière d’immigration, de diversité et d’inclusion, qui se poursuivra avec la planification pluriannuelle plus tard ce printemps, vient répondre à ce défi en posant les assises des orientations stratégiques qu’adoptera le gouvernement du Québec. L’exercice en cours est donc hautement stratégique pour le milieu des affaires montréalais et pour l’ensemble du Québec », a conclu Michel Leblanc.

Les recommandations de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain se déclinent en deux axes :

1)    Se doter de mécanismes de sélection efficaces, transparents et souples qui favorisent une immigration correspondant davantage aux besoins des entreprises et aux impératifs du marché du travail;

2)    Améliorer l’intégration des immigrants au marché du travail et à la société québécoise.

Le mémoire de la Chambre peut être consulté en cliquant ici.

À propos de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain

La Chambre de commerce du Montréal métropolitain compte plus de 7 000 membres. Elle a pour mission d’être la voix du milieu des affaires montréalais et d’agir pour la prospérité de la métropole. Elle s’engage dans des secteurs clés du développement économique en prônant une philosophie d’action axée sur l’engagement, la crédibilité, la proactivité, la collaboration et l’avant-gardisme. La Chambre offre également une gamme de services spécialisés aux particuliers et aux entreprises de toutes tailles afin de les appuyer dans leur croissance ici et à l’international.

- 30 -

 

 

Source : 
Guillaume Bérubé
Conseiller, Relations médias
Chambre de commerce du Montréal métropolitain
Tél. : 514 871-4000, poste 4042
gberube@ccmm.qc.ca

Facebook : www.facebook.com/chambremontreal
Twitter : @chambremontreal
Pour poursuivre la discussion : #ccmmqcca