LES PRIORITÉS DE LA COMMUNAUTÉ D’AFFAIRES DE LA RÉGION MÉTROPOLITAINE

À l’occasion de la campagne électorale fédérale, la Chambre de commerce du Montréal métropolitain présente trois demandes principales de la communauté d’affaires pour permettre à Montréal de jouer pleinement son rôle de métropole, véritable moteur économique pour le Canada.

La Chambre a interpellé les chefs de parti afin que des actions concrètes soient entreprises dans les meilleurs délais pour améliorer notre performance économique et, ultimement, le bien-être de nos concitoyens et notre richesse collective.

Suivez quotidiennement la mise en œuvre des promesses électorales du Parti libéral sur le trudeaumètre!


Découvrez les réponses des partis aux demandes du milieu des affaires :

BLOC QUÉBÉCOIS

NOUVEAU PARTI DÉMOCRATIQUE DU CANADA

PARTI LIBÉRAL DU CANADA


1. Devancer les investissements pour les infrastructures de transport en commun promis dans le budget 2014-2015

Le gouvernement du Canada a annoncé dans son dernier budget la création d’un Fonds pour le transport en commun doté d’un financement de 1,75 milliard de dollars sur trois années. L’entrée en vigueur de ce Fonds est prévue pour 2017-2018. La Chambre demande au prochain gouvernement fédéral de maintenir cet engagement et de devancer sa mise en œuvre pour qu’il soit accessible dès 2016-2017.

Enjeux

La grande région de Montréal, à l’instar de plusieurs autres grandes villes du pays, doit composer avec une congestion de plus en plus lourde, qui diminue la productivité de notre économie et de nos entreprises. Si rien n’est fait, ce problème de congestion nuira directement à l’attractivité du Canada et de ses grandes villes en ce qui a trait aux investissements privés. Selon les dernières estimations, le manque de fluidité de la circulation coûte à l’économie métropolitaine de Montréal plus de 1,8 milliard de dollars chaque année.

Afin de contrer le phénomène grandissant de congestion urbaine, Montréal et les autres grandes villes canadiennes ont besoin de systèmes modernes et efficaces de transport collectif. Les gouvernements locaux et les provinces se sont déjà engagés à y investir massivement et ne peuvent assumer seuls la facture de tous les investissements requis. Le Canada doit se doter d’un chantier national pour développer les infrastructures de transport collectif. Les critères d’admissibilité du Fonds devront permettre de contribuer au financement des infrastructures stratégiques de notre métropole, notamment les projets de systèmes légers sur rail (SLR).

Actions requises

  • Maintenir le Fonds pour le transport en commun annoncé dans le budget 2014-2015.
  • Devancer la mise en œuvre de ce chantier national à 2016-2017.

2. Améliorer l’accès au financement pour le commerce international

La Chambre demande aux partis de s’engager à doubler les sommes consacrées au programme d’assistance financière directe aux entrepreneurs cherchant à développer de nouveaux marchés d’exploitation et à en allouer une plus grande portion dès l’année 2015-2016. Un grand nombre d’entreprises de la métropole sont déjà prêtes à profiter de la vigueur de l’économie américaine. Par conséquent, le programme devrait favoriser les projets d’entreprises ciblant le marché américain.

Enjeux

L’accès au financement représente un défi pour les PME canadiennes qui veulent développer de nouveaux marchés, et les entreprises de la métropole n’y échappent pas. Les investissements requis lors des premières étapes d’une PME sur un nouveau marché sont cruciaux, d’autant plus qu’il faut souvent compter de deux à trois ans avant d’atteindre la rentabilité. En mars dernier, la Chambre avait salué l’annonce du gouvernement concernant la création d’un nouveau programme qui fournirait 50 millions de dollars sur cinq ans en assistance financière directe aux entrepreneurs cherchant à développer de nouveaux marchés d’exportation. Afin de permettre aux entreprises de la métropole de profiter rapidement de la conjoncture économique favorable aux États-Unis et de la baisse du dollar canadien ainsi que pour compenser les effets de l’actuelle récession, une amélioration de ce programme est maintenant requise.

Actions requises

  • Doubler les sommes consacrées au programme d’assistance financière directe aux entrepreneurs cherchant à développer de nouveaux marchés d’exportation.
  • En allouer une plus grande portion dès l’année 2015-2016.
  • Favoriser les projets ciblant le marché américain.

3. Revoir la réforme du Programme des travailleurs étrangers temporaires afin qu’elle soit mieux adaptée à la réalité de la métropole et de ses entreprises

La Chambre demande que le prochain gouvernement adapte le Programme des travailleurs étrangers temporaires (PTET) afin de répondre pleinement aux défis économiques et démographiques du Québec et de sa métropole. Ainsi, le PTET devrait accorder plus de flexibilité aux employeurs pour embaucher de la main-d’œuvre temporaire ou saisonnière afin de pourvoir des postes pour lesquels la main-d’œuvre locale ne saurait suffire.

Enjeux

Les entreprises de la métropole font face à un enjeu majeur de disponibilité de main-d’œuvre qualifiée, en particulier celles des secteurs à haute valeur ajoutée. Pour plusieurs d’entre elles, l’immigration constitue un atout stratégique pour assurer leur croissance et leur pérennité.

En ayant pour effet de limiter l’accès des entreprises à une main-d’œuvre temporaire, la réforme du Programme des travailleurs étrangers temporaires (PTET) en vigueur depuis le 30 avril dernier nuira au développement économique du Québec et de sa métropole. Que ce soit dans des secteurs névralgiques à haute valeur ajoutée comme l’industrie du jeu vidéo – qui fonctionne par cycles de création avec des besoins très spécifiques sur une courte période donnée –, ou des secteurs ayant d’importants besoins de main-d’œuvre saisonnière peu spécialisée, le programme actuel met en péril des projets et des investissements importants, de même que des entreprises et des milliers d’emplois pour des Québécois.

Actions requises

  • Accorder plus de flexibilité aux employeurs pour embaucher de la main-d’œuvre temporaire ou saisonnière.
  • Alléger le processus et les délais de traitement des demandes des travailleurs étrangers temporaires.
  • Réduire le fardeau administratif et réglementaire des PME.

« La période électorale actuelle est une occasion privilégiée pour répondre aux enjeux que nous devons relever collectivement. L’un de ces enjeux les plus fondamentaux est de nous assurer que les entreprises actives dans les grandes régions métropolitaines pourront contribuer pleinement à la création de richesse et d’emplois. Le gouvernement du Canada détient des leviers clés pour la communauté d’affaires de la région métropolitaine. C’est le moment de faire entendre votre voix. »

- Michel Leblanc, président et chef de la direction



salle de presse

Élections fédérales 2015 - La Chambre de commerce du Montréal métropolitain félicite le nouveau gouvernement du Canada

Élections fédérales 2015 - La Chambre demande aux partis politiques de s’engager à accélérer le développement des infrastructures stratégiques dans la métropole

Plateformes des partis

Bloc Québécois (BQ)

Parti conservateur du Canada (PCC)

Parti libéral du Canada (PLC)

Parti vert du Canada (PVC)

Nouveau Parti démocratique du Canada (NPD)