Budget 2010 de Montréal – un pari risqué

Partager sur :
Imprimer

Ajouté le 13 janvier 2010 dans Communiqués de presse

Communiqué

Budget 2010 de Montréal – un pari risqué

Montréal, le 13 janvier 2010 – La Chambre de commerce du Montréal métropolitain accueille le budget 2010 avec inquiétude. C'est un budget qui met en évidence les vulnérabilités importantes de la situation financière de la Ville et qui propose une augmentation significative du fardeau fiscal des entreprises et des contribuables à un moment où l’économie de Montréal demeure très fragile.

« Nous comprenons que la Ville ait subi les contrecoups de la récession mondiale et que le gel de la taxe foncière des dernières années devenait insoutenable pour assurer son développement. Toutefois, les dépenses municipales augmentent à un rythme préoccupant. La hausse de 227 millions $, soit 5,6 % par rapport à 2009, nous laisse perplexes. La Ville devrait s’inspirer des efforts déployés par les entreprises pour améliorer leur productivité. Le budget de la Ville devrait insister davantage sur un contrôle serré de ses dépenses de fonctionnement et l’amélioration de la productivité des services municipaux », a déclaré le président et chef de la direction de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, Michel Leblanc.

Par ailleurs, la Ville cible avec raison l’amélioration des infrastructures de transport, en particulier le transport en commun. « La communauté d’affaires et l’ensemble des Montréalais bénéficieront d’une diminution des coûts de congestion qu’entraîneront de meilleurs services de transport vers les lieux de travail. Encore faut-il que les Montréalais puissent conserver leur emploi. En ciblant les entreprises et en leur imposant une augmentation substantielle de la taxe foncière, à laquelle s’ajoute une nouvelle taxe sur le stationnement au centre-ville, la Ville fragilise les entreprises à une étape où plusieurs d’entre elles luttent pour leur survie. Comme en témoignent les chiffres sur l’emploi rendus publics la semaine dernière, 35 300 emplois ont été détruits sur l’île de Montréal en 2009, alors qu’il s’en est créé 33 400 dans le reste de la région métropolitaine », a ajouté le président et chef de la direction de la Chambre, Michel Leblanc.

Sur le plan des investissements, la Chambre se réjouit que la Ville accorde la priorité à la réalisation de certains grands projets structurants pour l’économie de la métropole, en particulier la poursuite du déploiement du Quartier des spectacles et l’aménagement de l’éventuelle navette ferroviaire entre le centre-ville et l’aéroport Montréal-Trudeau. Plusieurs projets pourront entraîner à terme une hausse des revenus fonciers de la Ville, notamment la revitalisation de la gare de triage Outremont et le réaménagement autour de l’autoroute Bonaventure.

La Chambre reconnaît la pertinence d’utiliser les nouveaux pouvoirs de taxation obtenus par la Ville de Montréal en vertu de la Loi 22. Toutefois, il importe de bien calibrer ces pouvoirs et de reconnaître qu’ils ne peuvent, à eux seuls, permettre à la Ville de financer son développement futur. « Ce budget illustre l’importance de convaincre les autres paliers de gouvernement d’accorder à Montréal d’autres sources de revenus qui correspondent à l’impact économique de la métropole », a conclu Michel Leblanc. 

La Chambre de commerce du Montréal métropolitain compte quelque 7 000 membres. Sa mission est de représenter les intérêts de la communauté des affaires de l'agglomération urbaine de Montréal et d'offrir une gamme intégrée de services spécialisés aux individus, aux commerçants et aux entreprises de toutes tailles de façon à les appuyer dans la réalisation de leur plein potentiel en matière d'innovation, de productivité et de compétitivité. La Chambre est le plus important organisme privé au Québec voué au développement économique.

-30- 

Source :
Sylvie Paquette
Coordonnatrice, Relations médias
Chambre de commerce du Montréal métropolitain
Tél. : 514 871-4000, poste 4015
sylvie.paquette@ccmm.qc.ca