Budget de la Ville de Montréal : un budget responsable qui rappelle l’importance de donner davantage d’espace fiscal et financier à la Ville

Partager sur :
Imprimer

Ajouté le 29 janvier 2014 dans Communiqués de presse

Montréal, le 29 janvier 2014 – À la suite du dépôt du budget 2014 de la Ville de Montréal, la Chambre de commerce du Montréal métropolitain tient à rappeler l’importance de donner davantage d’espace fiscal et financier à la Ville afin de réduire sa dépendance à la taxe foncière.

« Nous constatons avec satisfaction que le maire de Montréal a donné suite à son engagement de limiter la hausse de taxe au niveau de l’inflation. Ceci dit,  lorsque l’on tient compte des taxes additionnelles décrétées par les arrondissements, la hausse globale atteint 2,8 %. Cette pression fiscale plus forte sur les contribuables montréalais demeure préoccupante dans le contexte où ces derniers sont déjà parmi les plus taxés en Amérique du Nord », a déclaré Michel Leblanc, président et chef de la direction de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.

« L’administration Coderre-Desrochers propose à bon escient la mise en place de mécanismes de contrôle des dépenses rigoureux et la recherche d’une plus grande efficacité, notamment par l’entremise du Service de la performance organisationnelle. Les gains sont potentiellement importants et une telle démarche est un pas vers une meilleure productivité. Mais même si elles atteignent leurs objectifs, ces mesures risquent de ne pas suffire. Montréal ne pourra compter que sur le contrôle de ses dépenses pour moderniser ses infrastructures et améliorer les services aux citoyens et aux entreprises. Montréal aura besoin de nouveaux revenus tout en réduisant la dépendance de la Ville à la taxe foncière. Cette situation rappelle l’importance que Montréal obtienne rapidement un nouveau pacte fiscal avec le gouvernement du Québec », a poursuivi continué Michel Leblanc.

« En ce qui a trait aux budgets d’immobilisations, il est rassurant de constater que la Ville prévoit des investissements significatifs pour combler notre important déficit d’entretien des infrastructures. L’administration garde aussi le cap en matière d’amélioration de la fluidité de la circulation des personnes et des marchandises dans la métropole. Toutefois, la Ville doit rompre avec la mauvaise habitude de ne réaliser qu’environ 50 % des projets inscrits au plan triennal d’immobilisations. Notre prospérité collective passe par un environnement d’affaires compétitif et tributaire d’infrastructures urbaines fonctionnelles, sécuritaires et performantes, livrées dans les délais et les budgets prescrits », a souligné Michel Leblanc.

« Le contrôle des dépenses et l’amélioration de l’environnement d’affaires sont des conditions nécessaires pour permettre à Montréal de jouer son rôle de moteur économique du Québec. Le budget présenté aujourd’hui contient des mesures intéressantes qui nous permettront d’aller de l’avant et de favoriser la participation du secteur privé au développement du plein potentiel de la métropole », a conclu Michel Leblanc.

À propos de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain
La Chambre de commerce du Montréal métropolitain compte quelque 7 000 membres. Sa mission est de représenter les intérêts de la communauté des affaires de la région métropolitaine de Montréal et d'offrir une gamme intégrée de services spécialisés aux individus, aux commerçants et aux entreprises de toutes tailles de façon à les appuyer dans la réalisation de leur plein potentiel en matière d'innovation, de productivité et de compétitivité. La Chambre est le plus important organisme privé au Québec voué au développement économique.

-30-

Source :
Michelle LLambias Meunier
Conseillère, Relations médias
Chambre de commerce du Montréal métropolitain
Tél. : 514 871-4000, poste 4042
mllambias@ccmm.qc.ca
Facebook : www.facebook.com/chambremontreal
Twitter : @chambremontreal
Pour poursuivre la discussion : #ccmmqcca