Financement de nos universités : la Chambre poursuit la discussion et rappelle l’urgence d’agir

Partager sur :
Imprimer

Ajouté le 6 décembre 2010 dans Communiqués de presse

Communiqué

Financement de nos universités :
la Chambre poursuit la discussion et rappelle l’urgence d’agir

Montréal, le 6 décembre 2010 - Dans le cadre de la Rencontre des partenaires en éducation sur l’avenir des universités, la Chambre de commerce du Montréal métropolitain réitère sa position en faveur d’une hausse modulée des droits de scolarité, accompagnée de dispositifs qui assurent la rigueur et la performance dans la gestion des universités.

« Notre réseau universitaire souffre d’un sous-financement chronique depuis trop longtemps déjà. Les effets pervers de cette situation se font de plus en plus sentir. Nos universités sont en perte de vitesse, ce qui affecte leur attractivité et, ultimement, la performance de notre économie. Dans cette optique, la Chambre est d’avis que le gouvernement du Québec doit absolument faire migrer les droits de scolarité québécois vers la moyenne canadienne le plus rapidement possible. Il y a urgence d’agir : nos universités ont cruellement besoin d’oxygène », a déclaré Michel Leblanc, président et chef de la direction de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.

« Contrairement à la croyance véhiculée, il est possible d’augmenter les droits de scolarité sans pour autant compromettre l’accessibilité à l’éducation universitaire. L’outil de solidarité et de mobilité sociale le plus efficace demeure un programme ciblé et intelligent de prêts et bourses, lequel devra être substantiellement bonifié à la suite d’un déplafonnement des droits de scolarité. À titre de référence, nous sommes d’avis qu’environ 30 % des nouveaux revenus des universités devraient être consacrés à des bourses d’accessibilité pour les candidats méritants », a dit Michel Leblanc.

« Nous croyons également que le gouvernement devrait permettre aux universités de moduler les droits de scolarité en fonction des domaines d’études. C’est d’abord une question d’efficacité, puisqu’une telle approche garantirait un meilleur financement pour les programmes plus coûteux et à hautes perspectives de revenus. C’est aussi une approche plus équitable : chaque étudiant contribuerait d’une manière plus proportionnelle aux coûts de sa propre formation. N’oublions pas que l’éducation supérieure n’est pas une dépense proprement dite; de nombreuses études prouvent qu’il s’agit d’un investissement hautement rentable, dont le rendement individuel justifie amplement qu’on s’attarde à préserver sa qualité », a ajouté Michel Leblanc.

« Il n’est pas question pour autant de donner un chèque en blanc aux universités. Il est essentiel de s’assurer que nos universités profitent de cette marge de manœuvre budgétaire pour devenir plus performantes. En contrepartie des efforts supplémentaires demandés aux étudiants, il serait important de mettre en place un meilleur suivi des indicateurs de performance pour nos universités », a affirmé Michel Leblanc.

« Enfin, en plus du maintien du niveau actuel de financement public de notre réseau universitaire, en termes réels, nous croyons que le gouvernement devrait explorer la mise en place d’incitatifs fiscaux afin d’augmenter, d’une part, les dons philanthropiques et corporatifs aux universités et, d’autre part, la collaboration entre les universités et les entreprises. Ce sont là deux avenues sous-exploitées qui pourraient venir élargir les sources de financement pour nos universités », a conclu Michel Leblanc.

La Chambre de commerce du Montréal métropolitain compte quelque 7 000 membres. Sa mission est de représenter les intérêts de la communauté des affaires de l'agglomération urbaine de Montréal et d'offrir une gamme intégrée de services spécialisés aux individus, aux commerçants et aux entreprises de toutes tailles de façon à les appuyer dans la réalisation de leur plein potentiel en matière d'innovation, de productivité et de compétitivité. La Chambre est le plus important organisme privé au Québec voué au développement économique.

-30-

Source :
Sylvie Paquette
Coordonnatrice, Relations médias
Chambre de commerce du Montréal métropolitain
Tél. : 514 871-4000, poste 4015
sylvie.paquette@ccmm.qc.ca