Banque de développement économique du Québec : cinq conditions de succès pour en faire une réussite pour la métropole

Partager sur :
Imprimer

Ajouté le 15 mai 2013 dans Communiqués de presse

Montréal, le 15 mai 2013 – La Chambre de commerce du Montréal métropolitain a présenté cet après-midi à la Commission parlementaire de l’économie et du travail son mémoire sur le projet de loi no 36 sur la Banque de développement économique du Québec (BDEQ). Le président et chef de la direction de la Chambre, M. Michel Leblanc, a réitéré l’intérêt de son organisation à l’égard de la mission de la nouvelle entité, tout en insistant sur les conditions de succès de sa mise en œuvre.

« La Chambre estime que le projet de nouvelle BDEQ présente a priori un souffle nouveau pour les entreprises et les entrepreneurs, qui naviguent actuellement au cœur d’un écosystème complexe. Ce projet démontre le potentiel d’optimiser le dispositif gouvernemental d’appui au développement économique de la métropole. Autre point positif, la BDEQ devrait permettre une augmentation du capital de risque et de développement à l’intention des entreprises métropolitaines », a déclaré M. Michel Leblanc, président et chef de la direction de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.

Dans son mémoire, la Chambre identifie cinq facteurs de succès qui devront absolument être respectés pour s’assurer de la réussite économique de la nouvelle BDEQ :

  • Complémentarité : la nouvelle entité ne doit absolument pas chercher à dédoubler l’action des institutions privées en matière de financement et d’investissement. De plus, elle devra s’arrimer aux stratégies et aux actions des organismes existants, tant privés que publics, œuvrant au soutien des entreprises en matière d’entrepreneuriat, de commercialisation et d’innovation, et en particulier aux grappes industrielles de la métropole. 
  • Équité : la région métropolitaine représente plus de 50 % de l’économie québécoise. Le gouvernement doit prendre l’engagement que la BDEQ concentrera ses activités et ses ressources à la hauteur du poids de la métropole dans l’économie du Québec.
  • Facilité d’accès : la BDEQ devra livrer un service client performant et uniforme qui s’appuie sur des normes élevées reconnues. La création de la BDEQ n’aura de sens que si les entreprises, et en particulier les PME, obtiennent rapidement les réponses à leur demande d’appui financier.
  • Compétences : l’entité devra disposer de ressources humaines qui ont clairement démontré leurs compétences pour livrer des mandats d’accompagnement et de soutien en investissement. Elle devra être en mesure d’embaucher les experts et les talents liés à sa mission.
  • Efficacité et efficience : la nouvelle loi devra assurer la simplification et la consolidation, de la planification du développement économique jusqu’à la livraison des services aux entreprises. Il est primordial de ne pas créer de lourdeur administrative et de s'assurer que tous les processus sont établis en fonction du fait que les PME possèdent des ressources administratives limitées.

Par ailleurs, pour assurer la performance optimale de la BDEQ, la Chambre recommande que la loi prévoie un mécanisme formel et indépendant d’évaluation tous les trois à cinq ans.

« La nouvelle BDEQ ne doit pas être qu’un simple réaménagement de structures. Elle doit être l’occasion d’offrir une gamme de produits et services plus performants et adaptés aux besoins de la métropole et du Québec avec des ressources humaines et financières appropriées. Dans la mesure où les cinq facteurs de succès identifiés par la Chambre seront respectés, nous sommes convaincus que la BDEQ deviendra un véritable outil stratégique pour le développement de la métropole », a conclu Michel Leblanc.

Le mémoire de la Chambre sur le projet de loi no 36 sur la BDEQ peut être consulté en cliquant ici.

La Chambre de commerce du Montréal métropolitain compte quelque 7 000 membres. Sa mission est de représenter les intérêts de la communauté des affaires de la région métropolitaine de Montréal et d'offrir une gamme intégrée de services spécialisés aux individus, aux commerçants et aux entreprises de toutes tailles de façon à les appuyer dans la réalisation de leur plein potentiel en matière d'innovation, de productivité et de compétitivité. La Chambre est le plus important organisme privé au Québec voué au développement économique.

-30-

Source :
Sylvie Paquette
Conseillère, Relations médias
Chambre de commerce du Montréal métropolitain
Tél. : 514 871-4000, poste 4015
sylvie.paquette@ccmm.qc.ca

Facebook : www.facebook.com/chambremontreal
Twitter : @chambremontreal
Pour poursuivre la discussion : #ccmmqcca