Communiqué : Éducation : le gouvernement du Québec doit respecter ses engagements «l'encre n'est pas encore sèche sur les contrats de performance des universités qu'on parle déjà de les dénoncer, c'est inacceptable»

Partager sur :
Imprimer

Ajouté le 7 février 2001 dans Communiqués de presse

Éducation : le gouvernement du Québec doit respecter ses engagements «l'encre n'est pas encore sèche sur les contrats de performance des universités qu'on parle déjà de les dénoncer, c'est inacceptable»

Montréal, le 7 février 2001 - La Chambre de commerce du Montréal métropolitain trouve inacceptable que le gouvernement du Québec envisage la possibilité de dénoncer les contrats de performance signés avec les universités québécoises et leur garantissant un apport budgétaire supplémentaire en retour d'une gestion axée sur les résultats. «L'encre n'est pas encore sèche sur les contrats déjà signés que le gouvernement parle de ne pas les respecter. C'est inacceptable " affirme le président de la Chambre, M. Normand Legault.

«Les universités québécoises et celles du Montréal métropolitain, en particulier, sont le fer de lance de notre développement économique. Nous attendons d'elles qu'elles fournissent les ressources humaines bien éduquées dont nous avons besoin pour développer la Métropole et le Québec. La Chambre a constaté au cours des dernières années que ces universités étaient nettement sous-financées par rapport aux autres universités canadiennes et nord-américaines de qualité. Elle a demandé au gouvernement d'y remédier et elle l'a félicité de le faire lors de son budget 2000.

«Nous ne voyons pas aujourd'hui ce qui peut avoir changé dans la situation financière ou budgétaire du Québec. Les données économiques et fiscales étaient déjà bien connues au moment du dernier budget. En outre, le gouvernement canadien a accru ses transferts aux provinces pour l'éducation en 2000. La Chambre croit donc que le gouvernement du Québec doit respecter intégralement ses engagements en éducation, question vitale pour le Québec et pour Montréal.

«Ces engagements se composent en partie de réinvestissement à la suite de compressions excessives rendues nécessaires par la lutte au déficit. Ils permettent aussi d'éliminer des dettes et déficits accumulés par les institutions des réseaux. Enfin, ils permettent aussi d'envisager le développement et le rééquipement des institutions dans une proportion relativement modeste.

«Mais surtout, les engagements gouvernementaux ont suscité des engagements de la part des institutions. Or, ces dernières ne pourront peut-être pas se «désengager» avec autant de facilité que le gouvernement semble vouloir le faire.

«Enfin, le gros des engagements rattachés à l'éducation fait partie d'engagements globaux de plus de 1 milliard de dollars du gouvernement québécois lors du Sommet de la jeunesse et de l'emploi. Il s'agit d'engagements inter-générationnels fondamentaux pour le mieux-être et l'avenir de la jeunesse. Le gouvernement doit respecter ces engagements, sa crédibilité est en jeu», a conclu M. Legault.

La Chambre de commerce du Montréal métropolitain compte au-delà de 7 000 membres. Sa mission première est de représenter les intérêts de la communauté d'affaires du Grand Montréal. Ses objectifs : être en tout temps pertinente pour ses membres, crédible auprès du public et influente auprès des gouvernements et des décideurs.