Communiqué : Élections canadiennes

Partager sur :
Imprimer

Ajouté le 24 octobre 2000 dans Communiqués de presse

Élections canadienne

La Chambre de commerce du Montréal métropolitain demande au prochain gouvernement canadien de favoriser la compétitivité de l'économie canadienne et de l'économie montréalaise : réduction de la dette et des impôts, contrôle des dépenses et investissements en recherche
Normand Legault, président, Chambre de commerce du Montréal métropolitain

Montréal, le 24 octobre 2000 – La Chambre de commerce du Montréal métroplitain demande au futur gouvernement canadien de garder le cap sur la compétitivité et sur l'augmentation du taux de productivité de l'économie canadienne.

«Pour renforcer la compétitivité de notre économie, il est essentiel que le gouvernement résiste à la tentation d'accroître ses dépenses courantes. Les dépenses de programmes, assurance-emploi, défense nationale, affaires extérieures, commerce international, infrastructures de transport ou péréquation ne devraient pas augmenter d'un pourcentage plus élevé que l'inflation.

«Seuls les secteurs de la R-D et de l'innovation scientifique devraient bénéficier de nouveaux investissements gouvernementaux. Les investissements dans ces secteurs contribuent fortement à la productivité et à la vitalité de l'économie. Pour la région métropolitaine de Montréal où sont concentrées de nombreuses institutions universitaires, centres de recherche et entreprises des domaines technologiques, ils constituent un investissement particulièrement judicieux», a déclaré Normand Legault, le président de la Chambre.

Le gouvernement canadien devrait limiter l'accroissement de ses dépenses à l'intérieur du taux de l'inflation qui se chiffre à 2,7 %, en ce moment.

Surplus : remboursement de la dette et réduction d'impôts

Par ailleurs, la Chambre estime que la réduction du fardeau fiscal doit demeurer au cœur des préoccupations gouvernementales. «Nous pensons que 50 % des surplus d'exploitation du gouvernement canadien devrait être consacré à la réduction du fardeau fiscal. L'autre 50 % devrait servir à la réduction de la dette nationale.»

M. Legault souligne enfin que le gouvernement canadien devrait éviter toute tentative centralisatrice. «Le prochain gouvernement devrait s'abstenir d'intervenir dans les secteurs de compétence provinciale, entre autres, la main-d'œuvre ou l'éducation», précise-t-il.

Depuis plusieurs années, la Chambre, comme la plupart des organismes d'affaires canadiens, favorise un gouvernement canadien décentralisateur et respectueux des compétences provinciales, dans l'intérêt d'une cohabitation harmonieuse et fructueuse de tous les Canadiens et des différents paliers de gouvernement.

La Chambre de commerce du Montréal métropolitain compte au-delà de 7 000 membres. Sa mission première est de représenter les intérêts de la communauté d'affaires du Grand Montréal. Ses objectifs : être en tout temps pertinente pour ses membres, crédible auprès du public et influente auprès des gouvernements et des décideurs.