Communiqué : Le premier budget Audet : sobre et ciblé en matière d'économie… la métropole une priorité oubliée

Partager sur :
Imprimer

Ajouté le 22 avril 2005 dans Communiqués de presse

Communiqué

Le premier budget Audet : sobre et ciblé en matière d'économie…
la métropole une priorité oubliée

Montréal, le 21 avril 2005 - « De façon générale, la Chambre de commerce du Montréal métropolitain considère que ce budget permet de dégager une marge de manœuvre pour investir dans l'innovation, alimenter notre productivité et, nécessairement, assurer la compétitivité économique du Québec », a déclaré la présidente et chef de la direction de la Chambre, Isabelle Hudon.

« Nous reconnaissons donc que la marge de manœuvre restreinte du gouvernement lui imposait de faire des choix difficiles et de cibler efficacement ses interventions. Dans ce contexte, nous apprécions le pragmatisme dont a fait preuve le ministre des Finances, Michel Audet, en matière d'économie et la sobriété qui caractérise ses interventions. Toutefois, la Chambre persiste à croire que le budget devrait miser particulièrement sur Montréal pour créer de la richesse au Québec », a ajouté Isabelle Hudon.

Les choix faits dans ce budget témoignent d'un engagement, de la part du ministre, à générer des investissements pour la croissance économique du Québec. La Chambre apprécie la présence de mesures qui, tout en étant d'envergure modeste, communiquent le message que le gouvernement est prêt à appuyer les individus et les entreprises qui désirent contribuer au dynamisme économique. La réduction du taux d'imposition des PME, la réduction de la taxe sur le capital et le crédit de taxe sur le capital sur les nouveaux investissements de machinerie et d'équipements sont des mesures que la Chambre accueille très favorablement.

« Dans le cadre des consultations prébudgétaires, nous avions souligné au ministre Audet qu'il était essentiel de poser des gestes concrets, au moins, pour certains secteurs clés de l'économie. Il nous apparaissait particulièrement important d'intervenir auprès du secteur manufacturier qui fait face à un contexte international particulièrement exigeant. Le crédit de taxe sur le capital de 5 % pour des investissements de machinerie et d'équipements représente donc un écho apprécié aux recommandations que nous formulons depuis trois ans », a souligné Isabelle Hudon.

La Chambre suivra également avec beaucoup d'intérêt les suites qui seront données à l'énoncé d'intention du budget en matière d'exportations. « Ces intentions semblent témoigner d'une très bonne compréhension des besoins des entreprises qui exportent ou qui désirent exporter. Nous attendons avec impatience les précisions du ministre Claude Béchard sur les suites qui seront données par son ministère et lui offrons d'emblée de mettre à sa disposition l'expertise de notre équipe du World Trade Centre Montréal pour lui permettre d'atteindre ses objectifs », a ajouté Mme Hudon.

« Cela dit, la Chambre se préoccupe des effets collatéraux de l'augmentation de l'impôt sur le revenu des entreprises, grâce à laquelle le ministre des Finances a été en mesure d'annoncer une réduction de la taxe sur le capital. Si cette réduction était tout aussi souhaitée que nécessaire, le moyen d'y parvenir pourrait avoir, pour certaines entreprises, des conséquences déplorables. Nous espérons que le ministre Audet se montrera attentif à ces conséquences et saura rajuster le tir, le cas échéant. De plus, compte tenu du contexte politique canadien, nous trouvons particulièrement risqué de planifier une augmentation à long terme de l'impôt sur le revenu des entreprises en fonction des baisses annoncées dans le dernier budget fédéral », a poursuivi Mme Hudon.

« Toutefois, le plus important bémol qu'apporte la Chambre à ce budget est le fait que la Métropole semble encore absente de l'écran radar du gouvernement et qu'elle n'est pas considérée parmi les cibles prioritaires d'intervention comprises dans le budget. Ainsi, en plus de poursuivre le silence des deux dernières années en matière de financement des villes et du transport en commun, le budget ne fournit aucune assurance que les sommes provenant de la taxe fédérale sur l'essence et les investissements additionnels du gouvernement du Québec dans la Société de financement des infrastructures locales (SOFIL) seront octroyées d'une manière à répondre aux véritables besoins du moteur économique du Québec, la région métropolitaine de Montréal », a conclu Isabelle Hudon.

La Chambre de commerce du Montréal métropolitain compte quelque 7 000 membres. Sa mission est de représenter les intérêts de la communauté des affaires de l'agglomération urbaine de Montréal et d'offrir une gamme intégrée de services spécialisés aux individus, aux commerçants et aux entreprises de toutes tailles de façon à les appuyer dans la réalisation de leur plein potentiel en matière d'innovation, de productivité et de compétitivité. La Chambre est le plus important organisme privé au Québec voué au développement économique.

-30-

Source :
Sylvie Paquette
Coordonnatrice, Relations médias
Chambre de commerce du Montréal métropolitain
Tél. : (514) 871-4000, poste 4015
sylvie.paquette@ccmm.qc.ca