Communiqué : Taxer les espaces de stationnement non résidentiels à Montréal : un non catégorique !

Partager sur :
Imprimer

Ajouté le 11 décembre 2002 dans Communiqués de presse

Communiqué

Taxer les espaces de stationnement non résidentiels à Montréal : un non catégorique !

Montréal, le 11 décembre 2002 - La Chambre de commerce du Montréal métropolitain, au nom de ses membres, dénonce vivement la proposition d'amendement au projet de loi 137 du ministre des Affaires municipales et de la Métropole, André Boisclair, selon laquelle les grandes villes du Québec auraient le pouvoir de percevoir une taxe spéciale sur les emplacements de stationnement non-résidentiels.

Si la Chambre croit fermement qu'il est dans l'intérêt économique de l'agglomération urbaine de Montréal que les villes qui la composent puissent diversifier et accroître leurs revenus, elle croit avec tout autant de fermeté que cela doit se faire dans le cadre d'un meilleur partage de l'assiette fiscale actuelle plutôt que par son élargissement. C'est d'ailleurs l'un des principes qui a guidé la Chambre dans l'élaboration des soumissions pré-budgétaires qu'elle a rendues publiques la semaine dernière et par lesquelles elle proposait des mesures et concrètes et immédiates visant à accroître les revenus des villes sans introduire de nouvelles taxes.

Les raisons pour lesquelles on s'oppose à une taxe sur les emplacements de stationnement non-résidentiels sont doubles, a déclaré le président de la Chambre, Benoit Labonté.  «D'abord, il s'agit d'une taxe aux effets insidieux, qui risque de diminuer dangereusement l'attrait commercial, notamment, du centre-ville de Montréal. À nos yeux, l'imposition d'une telle taxe par la Ville de Montréal entrerait en flagrante contradiction avec tous les efforts qu'elle déploie pour soutenir le dynamisme du centre-ville et mobiliser la communauté des affaires derrière la cause du développement économique.  D'autre part, au-delà de sa forme, il s'agit essentiellement d'un ajout au lourd fardeau fiscal des citoyens de l'agglomération urbaine de Montréal. Et pour les membres de la Chambre, c'est tout simplement inacceptable», a conclu Benoit Labonté.  

La Chambre de commerce du Montréal métropolitain compte au-delà de 7 000 membres. Sa mission première est de représenter les intérêts de la communauté d'affaires du Grand Montréal. Ses objectifs : être en tout temps pertinente pour ses membres, crédible auprès des médias et influente auprès des gouvernements et des décideurs.

-30-

Source :
Isabelle Hudon
Directrice des communications
Chambre de commerce du Montréal métropolitain
Tél. : (514) 871-4000, poste 4010
ihudon@ccmm.qc.ca