Communiqué : Septième édition du Tableau de Bord de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain

Partager sur :
Imprimer

Ajouté le 26 janvier 2000 dans Communiqués de presse


Septième édition du Tableau de Bord de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain

Montréal, le 26 janvier 2000 –Montréal carbure aux emplois

  • Pour la première fois depuis la fin de 1995, la création d'emplois à Montréal surpasse celle de Toronto : 86 000 contre 73 300 entre décembre 1998 et décembre 1999.
  • Mieux, le taux de chômage de 6,8 % en décembre dernier est passé sous la moyenne nationale, établie à 6,9 %, d'après des données non encore officielles.
  • Un aveu cependant : ces emplois n'ont été créés qu'au cours des derniers mois de l'an dernier.

La grande surprise que nous a réservé Montréal au cours des derniers mois est essentiellement au chapitre de l'emploi. Imaginez que la métropole a réussi à créer 84 % de tous les emplois au Québec et 23 % des emplois canadiens, alors que sa population n'en représente que 10 %. Pourtant, ces étonnantes surprises cachent une réalité plus prosaïque : entre 1998 et 1999 (moyennes annuelles), Montréal n'a créé que 42 % des emplois du Québec et 9 % du Canada. Afin que Montréal ait le même taux de chômage que celui de Toronto, il eut fallu qu'elle ait créé 40 000 emplois de plus le mois dernier, soit 8 200 de plus que le total de ceux créés entre 1998 et 1999 (31 800). Actuellement, le taux de chômage officiel de Toronto est à 5,5 %.

La dernière édition du Tableau de bord de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, rendue publique aujourd'hui, témoigne du regain de tonus de l'économie montréalaise : le secteur immobilier se porte à merveille, les ventes au détail ont repris vie depuis juillet dernier et un courant d'optimisme traverse derechef le milieu des affaires montréalais.

En revanche, il y aurait lieu de mettre une sourdine aux prévisions économiques à long terme si la métropole ne parvient pas à doper sa croissance démographique : «la consommation, l'immobilier et, par ricochet, les investissements sont directement dépendants de la croissance des populations», souligne l'économiste de la Chambre, Jean-Pierre Langlois. Or, de toutes les régions métropolitaines de recensement du Canada (RMR), Montréal affiche la plus faible projection de sa population d'ici 2002 d'après Statistique Canada : 0,5 % contre 1 % par année pour les 25 RMR; Toronto, Calgary et Vancouver ont toutes des croissances prévues de plus de 2 %.

La Chambre de commerce du Montréal métropolitain compte au-delà de 7 000 membres. Sa mission première est de représenter les intérêts de la communauté d'affaires du Grand Montréal. Ses objectifs : être en tout temps pertinente pour ses membres, crédible auprès du public et influente auprès des gouvernements et des décideurs.

 

-30-