Communiqué : La Chambre de commerce du Montréal métropolitain dépose aujourd'hui son mémoire sur le projet de Loi no 9 concernant la consultation des citoyens sur la réorganisation territoriale de certaines municipalités

Partager sur :
Imprimer

Ajouté le 22 août 2003 dans Communiqués de presse

Communiqué

La Chambre de commerce du Montréal métropolitain dépose aujourd'hui son mémoire sur le projet de Loi no 9 concernant la consultation des citoyens sur la réorganisation territoriale de certaines municipalités

Montréal, le 22 août 2003 – La Chambre de commerce du Montréal métropolitain, au nom de ses quelque 7 000 membres, a déposé aujourd'hui son mémoire sur le projet de Loi no 9. Ce mémoire propose au gouvernement du Québec une démarche qui offre d'abord la possibilité de tenir une consultation publique portant sur l'adhésion aux nouvelles villes.  Cette démarche permet aux élus des villes concernées de présenter leur proposition de réorganisation avant que ne soit enclenché tout processus menant à la défusion.  Cette approche est orientée vers le pragmatisme et l'efficacité nécessaires afin de réduire au maximum l'incertitude entourant la remise en question des structures municipales actuelles.

« Pour la Chambre, une des plus importantes motivations qui sous-tend la production de ce mémoire est l'assurance que les agglomérations québécoises – et tout particulièrement celle de la grande région de Montréal – conservent leur capacité de dynamiser l'activité économique au Québec. Cette préoccupation doit être au cœur des débats et des choix qui seront faits. C'est un enjeu qui devrait interpeller non seulement les commerçants et les entreprises de la région métropolitaine, mais également l'ensemble du Québec, puisque le Grand Montréal est responsable de plus de   50 % du  produit intérieur brut de notre province et d'environ 70 % de ses exportations », a déclaré M. Benoit Labonté, président de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.

Dans ce contexte, la Chambre croit que le premier défi que doit relever le projet de Loi no 9 est d'assurer l'équilibre entre le droit des communautés locales de s'exprimer sur l'organisation politique de leur territoire et leur devoir de participer aux décisions et aux responsabilités résultant de leur appartenance à l'économie de leur agglomération.

C'est donc en demeurant fidèle à l'esprit du projet de Loi no 9 que la Chambre présente aujourd'hui, dans son mémoire, cinq grandes propositions :

1.  Étendre la portée et la diffusion des études d'impact
1.1 faire précéder toute forme de consultation formelle auprès de la population de la l'achèvement et de la diffusion publique des études d'impact;

1.2

faire en sorte que les études d'impact offrent un portrait complet des enjeux entourant la question de l'organisation municipale;
1.3 porter le délai de préparation des études d'impact à 120 jours.

2. Préserver la cohérence, la cohésion et la capacité d'initiative des agglomérations en matière de développement économique :
2.1 inclure la compétence du développement économique parmi celles devant faire l'objet d'une entente obligatoire entre la ville et la municipalité reconstituée;

2.2

ajouter les grandes installations non résidentielles à la liste des équipements, infrastructures et activités devant faire l'objet d'une entente obligatoire entre la ville-centre et la municipalité reconstituée.

3. Inclure la participation au fonctionnement d'une communauté métropolitaine parmi les compétences devant faire l'objet d'une entente entre la ville-centre et la municipalité reconstituée.

4. Augmenter la valeur des montants de péréquation.

5. Donner priorité à la présentation des propositions de réorganisations administratives sollicitées par la déclaration ministérielle du 20 juin 2003 et permettre une démarche de consultation publique portant d'abord sur l'adhésion aux nouvelles villes.

« Les nouvelles villes existent et, en vertu de cet état de fait, elles devraient servir de point de départ de tout processus visant à améliorer, de quelque façon que ce soit, l'organisation territoriale des principales agglomérations du Québec. Pour la Chambre, un souci d'économie de ressources et d'énergie devrait nous inciter d'abord à regarder collectivement comment les nouvelles villes peuvent s'ajuster de façon à répondre aux besoins des citoyens », a ajouté Benoit Labonté.

« J'aimerais rappeler que c'est dans un esprit contributif et responsable que la Chambre a fait ses recommandations au gouvernement du Québec. Nous souhaitons lui réitérer notre volonté de collaborer avec lui afin de permettre à la région métropolitaine de Montréal de poursuivre sa progression, principalement en ce qui a trait à son développement et à sa réussite     économiques », a conclu M. Labonté.    

La Chambre de commerce du Montréal métropolitain compte quelque 7 000 membres. Sa mission première est de représenter les intérêts de la communauté des affaires de la grande région de Montréal. Ses objectifs : être en tout temps pertinente pour ses membres, crédible auprès du public et influente auprès des gouvernements et des décideurs.  La Chambre compte sur ses trois directions de services : Info entreprises, Institut du commerce électronique et World Trade Centre Montréal pour offrir des services spécialisés à la grande communauté des affaires.

- 30 -

Pour obtenir copie du mémoire, veuillez consulter le site Internet de la Chambe au www.ccmm.qc.ca

Pour information :
Isabelle Hudon
Vice-présidente, Stratégies et communications
Tél. : (514) 871-4000, poste 4010
ihudon@ccmm.qc.ca