Communiqué : Transfert des revenus de la taxe sur l'essence aux municipalités du Québec : la Chambre de commerce du Montréal métropolitain réitère les paramètres d'un partage efficace et optimal des fonds

Partager sur :
Imprimer

Ajouté le 2 février 2005 dans Communiqués de presse

Communiqué

Transfert des revenus de la taxe sur l'essence
aux municipalités
du Québec :
la Chambre de commerce du Montréal métropolitain réitère
les paramètres d'un partage efficace et optimal des fonds


Montréal, le 2 février 2005
– La Chambre de commerce du Montréal métropolitain, au nom de ses quelque 7 000 membres, salue la présentation par le ministre d'État (Infrastructure et Collectivités), l'honorable John Godfrey, des principaux éléments devant mener à la conclusion d'ententes avec les provinces et territoires, et qui permettront le transfert de sommes provenant de la taxe sur l'essence. La Chambre constate avec satisfaction que le gouvernement du Canada est en voie de respecter son engagement d'apporter une aide financière concrète aux villes du pays.

À la suite de cette annonce, la Chambre tient à rappeler au gouvernement du Québec quels sont, à son avis, les paramètres devant guider un partage efficace et optimal des fonds entre les municipalités québécoises.

«Tout d'abord, il est important que ce transfert de fonds qui vise les municipalités constitue effectivement une aide nette et entière pour elles. À nos yeux, il serait inacceptable que le gouvernement du Québec profite de l'arrivée de ces nouveaux fonds pour réduire ses engagements à leur égard», a déclaré la présidente et chef de la direction intérimaire de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, Madame Isabelle Hudon.

La Chambre considère également primordial que la formule de partage entre les municipalités québécoises tienne compte des besoins particuliers de la métropole et des grandes agglomérations urbaines du Québec.

«Il y a lieu d'envisager le transfert de fonds de la taxe sur l'essence de manière stratégique et d'essayer d'en maximiser le rendement en terme de création de richesse pour l'ensemble des Québécois. Dans cette optique, l'importance d'investir dans des infrastructures augmentant la compétitivité de la métropole – moteur économique du Québec – nous semble une approche servant l'intérêt de tous, notamment, parce que la bonne performance économique de la métropole augmente directement la capacité de l'État québécois à redistribuer la richesse», a poursuivi Isabelle Hudon.

La Chambre s'attend également à ce que le gouvernement du Québec reconnaisse le rôle névralgique du transport en commun comme infrastructure de développement urbain durable et qu'une part des montants transférés soit déterminée en fonction de son utilisation.

«La Chambre souhaite, en outre, que les grandes villes soient traitées en véritables partenaires pour la redistribution et l'utilisation des fonds transférés par le gouvernement. Nous nous attendons à ce que Montréal puisse utiliser les recettes de la taxe sur l'essence en fonction de ses priorités en matière d'infrastructures durables», a ajouté Madame Hudon.

«Pour la Chambre, il est essentiel que le financement des villes soit représentatif du dynamisme et de la croissance économique qu'elles génèrent. Ce n'est d'ailleurs qu'à cette condition que Montréal pourra avoir enfin les moyens de ses ambitions et jouer pleinement son rôle de grande métropole de calibre international», a conclu Isabelle Hudon.

Enfin, la Chambre est d'avis qu'il serait improductif que les priorités de la métropole soient placées en concurrence avec celles, fondamentalement différentes, de municipalités beaucoup plus petites.

La Chambre de commerce du Montréal métropolitain compte quelque 7 000 membres. Sa mission est de représenter les intérêts de la communauté des affaires de l'agglomération urbaine de Montréal et d'offrir une gamme intégrée de services spécialisés aux individus, aux commerçants et aux entreprises de toutes tailles de façon à les appuyer dans la réalisation de leur plein potentiel en matière d'innovation, de productivité et de compétitivité. La Chambre est le plus important organisme privé au Québec voué au développement économique.

-30-

Source :
Sylvie Paquette
Coordonnatrice, Relations médias
Chambre de commerce du Montréal métropolitain
Tél. : (514) 871-4000, poste 4015
sylvie.paquette@ccmm.qc.ca