Dévoilement du rapport du groupe de réflexion sur le financement du tramway.

Partager sur :
Imprimer

Ajouté le 16 octobre 2012 dans Communiqués de presse

 Communiqué de presse

Dévoilement du rapport du groupe de réflexion sur le financement du tramway

Montréal, 16 octobre 2012 - La Chambre de commerce du Montréal métropolitain dépose aujourd’hui le rapport du groupe de réflexion sur le financement du tramway au maire de Montréal, M. Gérald Tremblay. Ce rapport évalue différentes approches pour financer les coûts d’investissement d’un projet de tramway à Montréal. Rappelons que le groupe de réflexion a été formé à la suite d’une demande du maire, qui souhaitait que la Chambre se penche sur le financement du tramway.

« Il faut voir le tramway comme un mode de transport en commun efficace, qui permet en plus de redynamiser et de densifier la trame urbaine. Par contre, il s’inscrit dans un contexte où l’état des finances publiques ne permettrait pas de réaliser tous les projets de transport collectif de la région. Le Plan métropolitain d’aménagement et de développement de la Communauté métropolitaine de Montréal a établi une liste de projets totalisant 23 milliards de dollars dont faisait partie le tramway. Le mandat du groupe n’était pas de se prononcer sur la pertinence de construire un tramway ou de privilégier un tracé plus qu’un autre. Nous devions analyser divers outils et sources de financement qui permettraient de financer la construction du projet plutôt », a déclaré Michel Leblanc, président et chef de la direction de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.

Outre les sources actuelles de financement du transport collectif, le groupe a étudié différents outils utilisés en Amérique du Nord et en Europe pour financer des projets de transport collectif urbains. Il ressort de l’analyse que des outils de financement permettent de capter la plus-value foncière générée par la construction d’un tramway. Contrairement à d’autres projets de transport, le tramway favorise le développement urbain et génère une plus-value foncière dans son axe de déploiement.

Le balisage international a aussi permis de conclure qu’aucun projet de tramway ne s’autofinance et que les contributions financières des agglomérations urbaines s’accompagnent toujours de contributions des gouvernements supérieurs. « Si la Ville devait financer seule ce projet, la pression sur ses finances serait énorme », a souligné Michel Leblanc.

Pour assurer le succès d’un éventuel projet de tramway, le groupe recommande de mettre en place une gouvernance de projet saine, flexible et efficace permettant au projet de se réaliser selon des échéances et des paramètres bien définis. Des mesures de mitigation s’inspirant des meilleures pratiques internationales devront être mises en œuvre pour communiquer en aval avec les riverains et les commerçants. Aussi, le groupe recommande de mettre en place des mécanismes de compensation semblables à ceux utilisés en Europe.

 « Ce rapport démontre l’importance que la Chambre et la communauté d’affaires accordent à la question de la fluidité du transport. Je désire remercier les membres du groupe pour leur expertise et leur engagement exemplaire lors de cet exercice », a conclu Michel Leblanc.

Bien qu’il y ait un large consensus au sein du groupe, les conclusions du rapport ne sauraient être considérées comme un engagement unanime ni lier les organisations dont sont issus les membres du groupe.

 

Recommandations du groupe de réflexion

Recommandation 1 : Que la Ville de Montréal considère les pistes explorées aux fins du financement de la première ligne de tramway de Montréal et confirme la participation financière des divers partenaires.

Recommandation 2 : Que la Ville de Montréal apporte les correctifs administratifs et législatifs nécessaires pour que le tramway puisse avoir une source de financement propre.

Recommandation 3 : Que le gouvernement du Québec considère une contribution minimale équivalente à l’investissement qu’il devrait effectuer dans le réseau de bus si le projet de tramway ne se réalisait pas.

Recommandation 4 : Que les partenaires définissent le mode de réalisation du projet permettant le meilleur partage des risques et des responsabilités entre les parties et une optimisation des ressources pour le secteur public et, le cas échéant, entament les démarches auprès de PPP Canada.

Recommandation 5 : Que les partenaires réunissent les conditions nécessaires pour une gouvernance de gestion de projet saine, flexible et efficace.

Recommandation 6 : Que la Ville de Montréal mette en place, en amont du projet, les mesures de communication, d’accompagnement et de mitigation permettant d’en assurer le succès.

Hyperlien vers le rapport : www.ccmm.qc.ca/rapport_tramway

 

À propos de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain
La Chambre de commerce du Montréal métropolitain compte quelque 7 000 membres. Sa mission est de représenter les intérêts de la communauté des affaires de l'agglomération urbaine de Montréal et d'offrir une gamme intégrée de services spécialisés aux individus, aux commerçants et aux entreprises de toutes tailles de façon à les appuyer dans la réalisation de leur plein potentiel en matière d'innovation, de productivité et de compétitivité. La Chambre est le plus important organisme privé au Québec voué au développement économique.

-30-

Source :
Sylvie Paquette
Conseillère, Relations médias
Chambre de commerce du Montréal métropolitain
Tél. : 514 871-4000, poste 4015
spaquette@ccmm.qc.ca

Facebook : www.facebook.com/chambremontreal
Twitter : @chambremontreal
Pour poursuivre la discussion : #ccmmqcca