Discours - conférencier : M. Jeffrey Loria, président et chef de la direction des Expos de Montréal

Partager sur :
Imprimer

Ajouté le 3 février 2000 dans Discours


Discours prononcé par M. Jeffrey Loria
Président et chef de la direction des Expos de Montréal

Le 3 février 2000

Distingués membres de la table d'honneur,
Mesdames et messieurs,

Je vous remercie d'avoir répondu à mon invitation, partisans de baseball actuels et à venir, et sympathisants de la communauté d'affaires des Expos de Montréal.

Remarques générales

Avant d'aborder le sujet principal de cette rencontre, les enjeux économiques du baseball, j'aimerais vous inviter à sortir vos agendas pour y noter une date très importante. Veuillez donc ouvrir vos agendas au tout début du printemps, en pensant au retour du temps chaud et des jours plus longs, pour être plus précis, à la première semaine d'avril.

Oui, dans exactement deux mois à compter d'aujourd'hui, le lundi 3 avril à 19 h 05, le traditionnel “Au jeu!” résonnera dans l'enceinte du stade Olympique alors que les Expos amorceront le début de leur nouvelle saison en recevant les Dodgers de Los Angeles.

Les Expos méritent de jouer à guichet fermé lors de la partie d'ouverture, ainsi qu'à chacune des parties de la semaine d'ouverture. Je compte sur chacun de vous pour y être et pour démontrer votre appui à cette jeune équipe, pleine de talent et pleine d'espoir.

Je compte sur vous puisque vous, en tant que membre de la communauté d'affaires de Montréal, êtes un facteur clé dans la viabilité de l'équipe dans notre ville.

Je dis «notre» ville puisque je me sens désormais Montréalais à part entière. Depuis maintenant près d'un an, je me suis déplacé régulièrement entre New York et Montréal. Alors que je devais – en conformité avec la règlementation du baseball majeur – jouer l'homme invisible, j'ai fréquemment fait l'aller-retour à Montréal. J'ai d'ailleurs assisté à quelques parties des Expos au Stade Olympique, mais comme vous le savez, à ce moment-là, l'enthousiasme et la passion des partisans et des joueurs s'étaient transformés en inquiétude.

J'ai, du moins, pu rencontrer les gens qui travaillent constamment à la réussite de l'équipe, le personnel des Expos. Mon respect pour eux s'est accru avec le temps.

J'ai toujours été au fait de la grande tradition de baseball qui anime Montréal. J'ai aussi appris à apprécier le tissu de cette ville paisible et agréable, et le caractère unique d'une des seules métropoles utilisant les deux grandes langues internationales, le français et l'anglais.

Avant de m'attaquer au vif du sujet, permettez-moi d'éclaircir l'aspect de ma vie qui a suscité le plus de curiosité chez les Montréalais. Qu'est-ce qu'un marchand d'art international ?

Depuis plus de 35 ans maintenant, je transige des peintures et des sculptures des grands maîtres du XIXe et XXe siècles. Un grand nombre de transactions complétées dans ce domaine n'ont pas lieu dans des encans publics. Les grands collectionneurs d'art désirent préserver leur anonymat. Le marchand d'art international intervient donc à ce niveau et devient l'intermédiaire entre le vendeur et l'acheteur.

Quel est le lien entre l'art et le baseball me direz-vous ? Voyez-vous, pour moi, c'est une question d'excellence. Le baseball nécessite talent, élégance, précision, vitesse et force. J'aime travailler avec ce qu'il y a de mieux, et ce, dans l'art comme dans le baseball. Les exigences spécifiques de ces deux domaines peuvent différer, mais le but ultime demeure le même: la recherche de l'excellence. Dans l'atteinte de ce but, plusieurs autres grands noms seront associés aux Expos de Montréal.

Les enjeux économiques du baseball

Concentrons-nous maintenant sur le sujet qui nous occupe aujourd'hui, le baseball et les affaires. Après les grèves malheureuses de 1981 et de 1994, le baseball vit maintenant certains des moments les plus excitants de son histoire. La passion du baseball s'est rallumée et l'enthousiasme est à son comble dans toutes les villes de baseball d'Amérique du Nord.

Tout d'abord, jamais auparavant le jeu n'a-t-il été aussi dynamique, puisque plusieurs des meilleurs lanceurs et frappeurs de l'histoire sont à l'œuvre en ce moment. En 1998, la course au record du nombre de circuits entre Sammy Sosa et Mark McGwire a fait frissonner les partisans tout l'été durant. Au fait, vous souvenez-vous que la balle du 70e circuit de McGwire s'est vendue pour plus de 3,2 millions $ canadiens ? On aurait tout aussi bien pu obtenir un grand Picasso pour ce prix !

L'assistance à l'ensemble des partie d'ouverture en 1999 a été la seconde en importance dans l'histoire du baseball majeur après celle de 1993. Les confrontations interligues ont, quant à elles, été couronnées de succès puisque l'assistance était de 22 % plus élevée lors de ces parties que la moyenne des parties intraligues.

Depuis quelques années, de nouveaux stades ont fait leur apparition au Texas, à Cleveland, au Colorado, à Atlanta, en Arizona et à Seattle. Parmi ces amphithéâtres, plusieurs sont situés au centre-ville. Trois nouveaux stades ouvriront leurs portes cette année dans les villes de Detroit, San Francisco et Houston.

Notre stade au centre-ville ouvrira, quant à lui, en l'an 2002. De fait, mardi prochain, le 8 février, nous présenterons notre projet du concept de design initial aux médias.

Puisque vous êtes des gens d'affaires, examinons maintenant les revenus et les dépenses, tout d'abord au niveau du baseball majeur, puis, au niveau des Expos.

De toute évidence, l'inflation des salaires dans le baseball professionnel est l'un des principaux défis des dernières années. L'année dernière seulement, le salaire moyen des joueurs s'est accru de 13 %. Les masses salariales s'échelonnaient à partir de 14,6 millions US $ pour les Marlins de la Floride à 91,9 millions US $ pour les Yankees de New York, une disparité de 77 millions US $.

La masse salariale la plus élévée ne garantit toutefois pas les succès d'une équipe. En fait, d'autres valeurs, telles que la jeunesse, l'esprit d'équipe et la motivation peuvent influencer les résultats de façon bien plus significative.

Le Commissaire en exercice, le neuvième de l'histoire du baseball majeur, Bud Selig, accomplit un travail magnifique en confrontant directement les questions économiques liées au baseball. Il y a un an, le Commissaire Selig a mis sur pied un panel d'experts (Blue Ribbon Task Force on Baseball Economics) dont la tâche est d'analyser tous les aspects du système économique du baseball majeur. L'expérience des distingués membres de ce panel n'a d'égal que leur crédibilité et leurs conseils seront judicieux.

Le concept de partage des revenus a été instauré pour augmenter l'équilibre compétitif au sein du baseball majeur. Le panel d'experts s'est d'ailleurs penché sur cette question. Je suis convaincu que le Commissaire instituera prochainement un processus visant l'amélioration de la viabilité de toutes les équipes du baseball majeur.

Les droits nationaux de diffusion continueront d'être une source de capitaux important pour le baseball. En décembre, ESPN et le baseball majeur se sont entendus pour prolonger leur partenariat de trois ans. Ceci signifie une augmentation substantielle de la visibilité du baseball à la télévision.

Fox sera, pour la cinquième saison consécutive, l'un des plus importants diffuseurs de baseball en Amérique du Nord. L'indice d'écoute de Fox s'est accru de façon significative au fil des ans. Le pourcentage d'augmentation durant la période de deux ans 1997-1998 s'est chiffré à 15%.

Les enjeux économiques des Expos

Qu'est-ce que cela signifie pour les Expos ?

Montréal n'est pas un petit marché. Ceux qui n'en sont pas convaincus n'ont qu'une perception restreinte du marché montréalais. Il s'agit d'un marché digne des ligues majeures qui peut supporter une équipe gagnante, et qui le fera. Si nous voyons grand, mes amis, nous aurons un grand succès, ensemble.

Cinq sources de financement sont importantes pour les Expos: deux dépendent du baseball majeur et trois autres sont locales.

Les deux sources de revenus provenant du baseball majeur sont les fonds centraux qui impliquent la redistribution des revenus des ligues majeures et le partage des revenus.

Localement, les trois sources sont la vente des billets, la commandite corporative et les droits de diffusion.

La vente des billets est une source de revenus significative. En 1999, l'assistance aux parties des Expos à 700 000 spectateurs, était la plus faible de la ligue. Notre objectif est de vendre plus de 2 millions de billets par année, et ce, le plus tôt possible. Si nous vendions 1,3 million de billets additionnels à une moyenne de 10 $ chacun, nous aurions un revenu supplémentaire de 13 millions $.

Comme vous le savez probablement, le calendrier des Expos comprend 162 parties, dont 81 sont jouées à Montréal. Achetez des billets de baseball pour vos employés plus d'une fois dans l'année, pour les remercier et les encourager. Ils apprécieront vos attentions. Le baseball est un divertissement de grande valeur, et très peu coûteux.

La quatrième source de revenu des Expos est l'engagement corporatif, votre engagement. Plusieurs formes de commandites existent, telles que les promotions lors des matchs ainsi que l'affichage sur le terrain.

Aussi, l'endossement de produit par les joueurs des Expos est une combinaison gagnante pour toutes les parties impliquées. Les revenus supplémentaires engendrés par l'endossement de produits contribue à stimuler leur attachement envers les Expos et votre compagnie sera associée au succès de ces joueurs.

Les droits de diffusion locale sont la cinquième et une très importante source de revenus. Les négociations sont en cours, et nous espérons conclure une entente incessament. Puisque nous offrons un produit des plus intéressants, l'intérêt d'une entente à ce niveau est aussi grand pour les diffuseurs que pour nous.

Bien entendu, notre dépense principale est la masse salariale des joueurs. Le salaire des joueurs est – par une marge importante – l'opération la plus coûteuse et la plus critique d'une équipe professionnelle. D'autres coûts, tels que les frais de déplacement, le marketing, la promotion, le soutien de nos clubs école, le développement des joueurs, l'entraînement et l'administration sont plus faciles à gérer.

En 1999, la masse salariale des Expos n'était que de 15 millions US $. Nous devons établir un juste milieu quelque part, et nous investissons dans les salaires des joueurs afin d'obtenir une équipe victorieuse tout en nous maintenant dans les limites de la responsabilité financière.

Alors, je vous le demande, ne jouons pas au jeu de l'œuf ou la poule. Devons-nous attendre qu'une assistance considérable aux parties des Expos et qu'un appui élevé de la communauté d'affaires justifient le salaire des joueurs, ou devons-nous augmenter les salaires maintenant pour obtenir une équipe victorieuse et attirer les foules ? Et vous, sympathisants de la communauté d'affaire, attendrez-vous de voir si cette équipe sera réellement victorieuse ou achèterez-vous vos billets de saison cet après-midi, en retournant à vos bureaux, pour que nous puissions commencer la saison en atteignant notre but de 9 000 détenteurs de billets de saison ?

Vous connaissez mon point de vue : l'avenir de cette équipe commence dès maintenant. Nous n'avons pas attendu votre soutien avant de prendre les choses en mains et nous n'attendrons pas la construction d'un nouveau stade pour améliorer la qualité de l'équipe. Nous avons une produit excitant et nous désirons le partager avec vous.

Lorsque les Expos jouent à l'étranger, ils représentent Montréal; le nom de Montréal figure sur leurs uniformes; ils sont des ambassadeurs de la ville, démontrant la jeunesse, la détermination et l'enthousiasme de notre métropole.

L'équipe

Montréal ne devrait pas faire exception au nouvel engouement pour le baseball. Laissez-moi vous donner quelques raisons pour lesquelles le vent du changement souffle aussi à Montréal.

Comme vous le savez, plusieurs des meilleurs joueurs du baseball font partie de l'organisation des Expos. Nous garderons nos vedettes à Montréal.

Nous savons que les partisans se sentiront plus près des joueurs lorsqu'ils auront l'occasion de les rencontrer personnellement. Nous croyons aussi que les joueurs se sentiront plus attachés à la ville s'ils sont plus présents dans la communauté. C'est pourquoi nous ferons tout ce que nous pouvons pour augmenter l'implication des joueurs dans la collectivité.

En passant, plusieurs de nos joueurs se sont joints à nous aujourd'hui pour ce dîner. C'est spécial, puisqu'ils sont venus de l'Amérique du Nord, de l'Amérique du Sud, des Caraïbes ainsi que du Japon pour se joindre à nous. Et puisque nous parlions justement de chiffres, nos joueurs représentent plus de la moitié des continents du monde. Aucune autre équipe ne peut en dire autant.

Une bonne main d'applaudissements pour ces athlètes talentueux. Messieurs s'ils-vous-plaît, levez-vous.

L'un des facteurs de succès les plus significatifs pour les Expos est la fascination que les Montréalais et les Québécois éprouvent pour tout ce qui est gagnant. Il est temps qu'ils redécouvrent leur passion pour une équipe victorieuse.

Les Montréalais ont aussi besoin de la détente que peut leur apporter une partie de baseball. Nous vivons dans un monde où tout le monde est à la course et où le baseball représente l'une des dernières forteresses sur laquelle le temps n'a pas d'emprise. Nos vie sont planifiées à la seconde, depuis la sonnerie du cadran le matin jusqu'au moment où nous retournons au lit. Nous sommes trop tendus et le baseball est l'antidote dont nous avons besoin.

Durant une partie de baseball, le temps se mesure en manches. Oubliez les heures et les minutes, maintenant, c'est une question de retraits au bâton et de circuits. C'est pourquoi l'inimitable Yogi Berra avait raison de dire : “Rien n'est fini, tant que rien n'est fini !”

Faites-vous plaisir avec une agréable activité en famille, une sortie avec vos employés ou une soirée avec vos relations d'affaires. Dans mon cas, lorsque j'assiste à une partie de baseball, je garde ma boîte de Crackerjacks dans la poche qui contient habituellement mon téléphone cellulaire.

Parlant de famille, j'aimerais vous présenter ma femme Sivia et mon fils David. David, comme vous le savez, est le vice-président de l'exécutif des Expos et mon bras droit. Son enthousiasme envers les Expos et son amour pour le baseball n'ont d'égal que les miens.

Pas besoin de consulter un psychologue pour découvrir les bienfaits du baseball sur le stress. C'est le plus paisible des sports d'équipe. Bien sûr, l'adrénaline coule à flots lors de décisions controversées concernant les précieux centimètres qui entourent le marbre, mais tous les partisans vous le diront, les joueurs font beaucoup de grimaces mais ils ne se battent que rarement.

C'est une équation très simple :

  • Les nouveaux Expos offrent des avantages à tous.
  • Les joueurs sont motivés par l'appui et l'enthousiasme des partisans;
  • La communauté d'affaires de Montréal s'associe au succès des Expos partout à travers l'Amérique du Nord;
  • La ville de Montréal détient une équipe professionnelle victorieuse à long terme;

    et ce qui est le plus important;
  • Les partisans vivent une saison de baseball passionnante qui saura leur couper le souffle.

En terminant, j'aimerais vous remercier de vous être déplacés en si grand nombre aujourd'hui. Mes partenaires montréalais, tous les joueurs et moi-même, vous attendons au Stade Olympique.

Les Expos de Montréal changeront le visage de la ville dès le mois d'avril et ce, jusqu'en octobre. Le baseball sera l'un des sujets de conversation favoris des Montréalais. J'ai hâte de vous revoir le 3 avril à 19 h 05 au match nous opposant aux Dodgers de Los Angeles. Merci beaucoup de votre attention.