Stratégie nationale de mobilité durable : la priorité à l’entretien pour le transport en commun est la bonne, mais l’enjeu du financement à long terme demeure entier

Partager sur :
Imprimer

Ajouté le 10 février 2014 dans Communiqués de presse

Montréal, le 10 février 2014– À la suite de la présentation de la Stratégie nationale de mobilité durable, la Chambre de commerce du Montréal métropolitain tient à saluer les nouveaux investissements du gouvernement en matière d’entretien du réseau de transport collectif. La Chambre s’inquiète toutefois des hésitations du gouvernement à identifier des sources de financement accrues, dédiées, indexées et récurrentes qui permettront de répondre au double défi que pose le développement futur des infrastructures de transport en commun et l’inévitable hausse des budgets d’exploitation qui en résulteront.

« Nous constatons avec satisfaction que la stratégie met de l’avant des investissements additionnels qui permettront d’assurer le maintien des actifs du réseau de transport collectif. Il est primordial d’accorder la priorité aux investissements pour l’entretien des équipements et des infrastructures avant le développement de nouveaux projets. À cet égard, l’annonce d’aujourd’hui est l’œuvre d’un gouvernement responsable », a déclaré Michel Leblanc, président et chef de la direction de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.

« Si nous nous réjouissons de la priorité accordée à l’entretien des actifs, il demeure que la stratégie déposée aujourd’hui n’offre toujours pas de réponses quant au financement à long terme du transport en commun dans la région métropolitaine. En tant que signataires de la Déclaration pour la mobilité durable, nous avons souligné que des investissements d’un milliard de dollars par année pendant dix ans sont nécessaires afin d’atteindre nos objectifs. Des efforts supplémentaires devront être consentis afin de profiter pleinement de l’apport d’un réseau de transport en commun performant et efficace », a poursuivi Michel Leblanc.

« Cette stratégie aurait dû s’accompagner d’une réforme du modèle de gouvernance du transport en commun dans la région métropolitaine. Le morcellement actuel nuit à la prise de décision et contribue au manque de cohésion en matière d’investissements et de services aux usagers. En ce sens, la proposition du gouvernement de consulter les différents acteurs sur la gouvernance ne fait que repousser une prise de décision importante et dont les enjeux ont été largement débattus », a ajouté Michel Leblanc.

« Les coûts liés à la congestion dans la région métropolitaine s’élèvent à plusieurs milliards de dollars par année et le transport collectif fait partie intégrante de la solution à ce problème. Rappelons que notre étude sur la compétitivité de l’environnement d’affaires de la métropole soulignait que la qualité des infrastructures de transport est un élément clé de notre attractivité auprès des investisseurs. Un réseau de transport collectif performant et efficace, qui mise sur des systèmes permettant de déplacer le plus d’utilisateurs au meilleur coût, est l’une des clés de l’amélioration de notre productivité », a conclu Michel Leblanc.

À propos de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain
La Chambre de commerce du Montréal métropolitain compte quelque 7 000 membres. Sa mission est de représenter les intérêts de la communauté des affaires de la région métropolitaine de Montréal et d'offrir une gamme intégrée de services spécialisés aux individus, aux commerçants et aux entreprises de toutes tailles de façon à les appuyer dans la réalisation de leur plein potentiel en matière d'innovation, de productivité et de compétitivité. La Chambre est le plus important organisme privé au Québec voué au développement économique.

-30-

Source :
Michelle LLambias Meunier
Conseillère, Relations médias
Chambre de commerce du Montréal métropolitain
Tél. : 514 871-4000, poste 4042
mllambias@ccmm.qc.ca
Facebook : www.facebook.com/chambremontreal
Twitter : @chambremontreal
Pour poursuivre la discussion : #ccmmqcca