L’encadrement et la réglementation des valeurs mobilières doivent rester au Québec!

Partager sur :
Imprimer

Ajouté le 26 juin 2014 dans Communiqués de presse

Montréal, le 26 juin 2014 ‒ À la suite de la rencontre du 23 juin dernier à Charlottetown du Conseil provincial-territorial des ministres responsables de la réglementation des valeurs mobilières – dont fait partie le ministre des Finances du Québec, M. Carlos Leitão –, la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, Finance Montréal, le Centre Financier International et l'École des sciences de la gestion de l'UQAM rappellent la nécessité de maintenir les compétences en matière d’encadrement et de réglementation des valeurs mobilières au Québec.

« La présence d’un régulateur des valeurs mobilières fort et autonome au Québec renforce le rôle de la métropole comme centre financier, permet de répondre plus efficacement aux besoins particuliers de nos entreprises et soutient nos secteurs porteurs. C’est pourquoi la communauté d’affaires de la métropole s’oppose au projet fédéral d’établir à Toronto un organisme pancanadien de réglementation des valeurs mobilières. Un tel projet se traduirait inévitablement par un glissement des activités de réglementation à l’extérieur du Québec et entraînerait la perte de quelques centaines d’emplois à haute valeur ajoutée dans des secteurs porteurs de la région métropolitaine de Montréal », a déclaré Michel Leblanc, président et chef de la direction de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.

Le secteur financier génère 6,2 % du PIB québécois et compte près de 160 000 emplois au Québec. Cette industrie en plein essor constitue une source de création de richesse considérable pour le Québec et contribue à sa renommée à l’international. D’ailleurs, la métropole est passée du 26e au 16e rang dans le classement mondial du Global Financial Centres Index au cours des trois dernières années.

« Le projet d’organisme unique de réglementation des valeurs mobilières affaiblirait le secteur financier québécois et diminuerait l’attrait des spécialisations financières que l’on retrouve ici. Par ailleurs, le système actuel de passeport en vertu duquel les provinces et les territoires disposent de leur propre organisme autonome de régulation des valeurs mobilières, tout en collaborant entre eux, fonctionne déjà très bien. De plus, des ajustements sont constamment apportés au système de passeport afin de l’optimiser et de l’adapter aux nouvelles réalités du marché », a ajouté Eric Lemieux, directeur général de Finance Montréal et du Centre Financier International.

« Un projet fédéral de commission des valeurs mobilières est peu justifiable d’un point de vue économique. Cela constituerait pour le Québec une perte de compétence et d'autonomie. Une autorité des marchés financiers forte est essentielle au développement du secteur financier québécois. Plusieurs attribuent la bonne performance du Québec et du Canada dans la dernière crise financière, entre autres, à la structure particulière des commissions des valeurs mobilières et à la bonne réglementation au niveau provincial. Une superstructure réglementaire centralisée est inutile : un partage continu d'information entre les commissions des valeurs provinciales est suffisant pour une protection optimale des investisseurs », a conclu Stéphane Pallage, économiste et doyen de l'École des sciences de la gestion de l'UQAM.

À propos de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain
La Chambre de commerce du Montréal métropolitain compte quelque 7 000 membres. Sa mission est de représenter les intérêts de la communauté des affaires de la région métropolitaine de Montréal et d'offrir une gamme intégrée de services spécialisés aux individus, aux commerçants et aux entreprises de toutes tailles de façon à les appuyer dans la réalisation de leur plein potentiel en matière d'innovation, de productivité et de compétitivité. La Chambre est le plus important organisme privé au Québec voué au développement économique.

À propos de Finance Montréal et du Centre Financier International de Montréal
Finance Montréal et le Centre Financier International de Montréal sont des organismes privés qui se consacrent au développement de Montréal comme place financière. Finance Montréal a été créé en 2010 par les acteurs du milieu financier et a pour mission d’améliorer la réputation internationale de Montréal en tant que place financière robuste, innovante et de calibre mondial. L’organisation aide à consolider le secteur financier du Québec en stimulant la croissance et les activités financières à forte valeur ajoutée qui sont stratégiques pour son développement. Le Centre Financier International de Montréal se consacre au développement de Montréal comme place financière internationale. Il met en valeur les attraits de la place financière montréalaise à l’international, il conseille et accompagne les entreprises financières qui souhaitent s’établir à Montréal et les assiste, via son réseau de partenaires, dans leurs démarches administratives et leur ouvre la porte au réseau des entreprises financières montréalaises.

À propos de l'École des sciences de la gestion de l'Université du Québec à Montréal (ESG UQAM)
L'École des sciences de la gestion de l'Université du Québec à Montréal (ESG UQAM) forme plus de 20 % des étudiants en gestion au Québec. Avec ses 14 000 étudiants à tous les cycles d'études, elle est la plus grande institution d'enseignement et de recherche dans le domaine des sciences de la gestion au Canada et la plus grande école de gestion francophone au monde.

- 30 -

Renseignements :

Chambre de commerce du Montréal métropolitain
Michelle LLambias Meunier
Conseillère, Relations médias
Chambre de commerce du Montréal métropolitain
Tél. : 514 871-4000, poste 4042
mllambias@ccmm.qc.ca

Facebook : www.facebook.com/chambremontreal
Twitter : @chambremontreal
Pour poursuivre la discussion : #ccmmqcca

Finance Montréal et Centre Financier International – Montréal
Manuela Steis
Tél. : 514 287-1477, poste 323
manuela.steis@cfimontreal.com

École des sciences de la gestion de l'Université du Québec à Montréal (ESG UQAM)
Jean-Philippe Gingras
Tél. : 514 987-3000, poste 2208
Gingras.jean-philippe@uqam.ca