Texte d'opinion : Un projet mobilisateur : le projet de Complexe de divertissement du bassin Peel doit être l'objet d'une discussion franche et ouverte sur un projet mobilisateur

Partager sur :
Imprimer

Ajouté le 20 octobre 2005 dans Textes d'opinion

Texte intégral signé par Isabelle Hudon, présidente et chef de la direction de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain et Charles Lapointe, président-directeur général de Tourisme Montréal. Ils sont également co-présidents de la Coalition d'appui au projet de Complexe de divertissement du bassin Peel. Ce texte a été publié dans le journal Le Devoir du 9 novembre 2005 et sur le site de Cyberpresse.

Le 20 octobre 2005

Un projet mobilisateur
Le projet de Complexe de divertissement du bassin Peel doit être l'objet d'une discussion franche et ouverte sur un projet mobilisateur

Tourisme Montréal et la Chambre de commerce du Montréal métropolitain se sont associés pour lancer au cours des derniers jours une coalition regroupant les principaux acteurs économiques, touristiques et culturels favorables au projet de Complexe de divertissement du bassin Peel, le grand projet dévoilé en juin dernier par Loto-Québec et le Cirque du Soleil.

Comme l'a déjà expliqué Loto-Québec, ce projet est né de problématiques liées à la gestion et à l'exploitation du Casino de Montréal. Il ne s'agit pas ici de refaire le débat du jeu ou de juger de ces problématiques, mais simplement de les constater ensemble.

Ainsi, Loto-Québec fait état d'une pression élevée des infrastructures sur les coûts, d'un accès routier inadéquat, de stationnements à proximité insuffisants, de la faible capacité de la salle de spectacle, de l'absence de services attractifs importants permettant de créer une synergie de divertissement plutôt que d'attirer le public seulement pour le jeu, de l'incapacité de développer ces services sans porter atteinte à la vocation verte de l'île Notre-Dame, et d'une concurrence accrue de complexes de villégiature intégrés comprenant un casino. La conjugaison de ces éléments fait que le Casino de Montréal attire des clientèles de plus en plus locales et vit une baisse de son achalandage depuis les trois dernières années.

Devant cette situation, Loto-Québec a jugé que le temps était venu de développer une nouvelle génération de complexe intégré afin de demeurer concurrentielle à l'échelle internationale. Pour ce faire, elle a fait appel à la créativité et aux compétences du Cirque du Soleil. Ensemble, ils ont élaboré un projet de complexe de divertissement intégré unique au monde, qui s'appuie sur un concept innovateur. Le site choisi pour y ériger ce nouveau complexe de divertissement est situé à proximité du centre-ville, dans un secteur commercial et industriel entièrement enclavé, dont une grande partie a été délaissée depuis des années, et a besoin d'être décontaminée.

Rappelons que ce projet est financé par emprunt de Loto-Québec et qu'il se remboursera à même les revenus d'exploitation. Donc il ne s'agit pas ici de se demander si on met un milliard en santé ou dans ce projet. Si on ne l'investit pas dans ce projet, le milliard n'existe pas. Aucun argent gouvernemental n'est requis, et la dette publique n'augmente pas. De plus, le Complexe rapportera au moins 25 millions de dollars de plus annuellement au gouvernement, lesquels 25 millions pourront cette fois être réinvestis dans la santé, par exemple.

Il existe plusieurs motifs pour appuyer ce projet avec enthousiasme et optimisme. Nous croyons sincèrement qu'il est de notre devoir de le défendre et de le promouvoir.

Un projet structurant qui répond à des problématiques réelles

Quand on parle d'un projet « structurant », ce terme est souvent galvaudé. Dans ce cas il ne l'est pas. Ce projet est réellement structurant en ce sens qu'il constitue un puissant levier économique, touristique et culturel pour Montréal, et que sa réalisation permet de répondre à un certain nombre de problématiques auxquelles Montréal doit faire face pour demeurer concurrentielle sur le plan international.

Plus spécifiquement, le projet permettra la construction d'un centre de foires commerciales pouvant accueillir des événements et salons nécessitant une superficie de plus de 500 000 pi2. À l'heure actuelle, une telle infrastructure n'existe pas à Montréal. Cela nous désavantage grandement sur le plan international puisque nous sommes incapables d'attirer ici les grandes foires internationales et les foires que nous avons souffrent déjà de l'exiguïté des espaces actuels, ce qui freine leur croissance. En acquérant les terrains nécessaires au centre de foires et en les décontaminant, le projet de Loto-Québec constitue l'étincelle nécessaire pour qu'un centre de foires digne de ce nom puisse enfin voir le jour à Montréal.

La réalisation du Complexe de divertissement du bassin Peel prévoit également la construction d'une salle de spectacles de 2500 places, une autre lacune importante à Montréal. À l'heure actuelle, la seule salle de cette taille que nous ayons est la salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts, qui est souvent utilisée, ce qui nous empêche d'accueillir à Montréal des spectacles d'envergure internationale pour une période prolongée.

À eux seuls, ces deux éléments justifient déjà la réalisation du Complexe de divertissement du bassin Peel. Mais il y a plusieurs autres raisons de se ranger derrière ce projet. Tout d'abord, il s'agira de l'un des plus importants chantiers de construction des 10 prochaines années à Montréal. Pendant la période de planification et de construction, ce sont plus de 14 200 emplois qui seront créés ici. On a besoin de ces emplois. Une fois terminé, si l'on tient compte de l'exploitation du complexe et du centre de foires, et des emplois générés par leur pouvoir d'attraction touristique, le projet générera alors quelque 6 500 emplois directs et indirects.

Ce sont là des retombées économiques immédiates. Mais il y a plus. Ce projet constituera une extraordinaire vitrine internationale pour le savoir-faire québécois. Que ce soit en matière de design, d'innovation, d'implantation de nouvelles technologies ou de créativité en général, l'approche préconisée par Loto-Québec et le Cirque du Soleil fait ressortir le meilleur de nous-mêmes et de ce qu'on a à offrir au monde. Non seulement y retrouvera-t-on également un hôtel de catégorie supérieure et un spa au concept audacieux, mais on y verra aussi un Quai des artistes où les créateurs pourront démontrer leur originalité. Tout cela attirera une clientèle plus diversifiée que celle qui fréquente actuellement le Casino. Et, évidemment, il y a le Cirque du Soleil, qui est une fierté nationale, et que les villes du monde s'arrachent. Il va de soi, à notre avis, que la contribution du Cirque du Soleil apportera une force créative au projet, une notoriété internationale et une crédibilité additionnelle.

Le Complexe de divertissement du bassin Peel représentera donc un véritable pôle d'attraction touristique additionnel et complémentaire à l'offre touristique actuelle de Montréal, et ce, à l'année longue. Il créera un lien naturel entre le Centre-Ville et le Vieux-Montréal. De plus, sa réalisation constituera l'élément déclencheur d'un vaste projet de revitalisation et de développement du secteur du Havre de Montréal, un territoire combien important et stratégique qui reliera enfin le fleuve au Centre-Ville, redonnera aux citoyens l'accès aux berges et générera des projets de développement de l'ordre de huit milliards de dollars jusqu'en l'an 2025. La Société du Havre a déjà identifié la réalisation du Complexe de divertissement du bassin Peel comme étant l'une des pierres angulaires de son projet.

Bien sûr, même si la réalisation du Complexe de divertissement du bassin Peel est une aventure des plus prometteuses pour le développement économique et touristique de Montréal, il ne faut pas pour autant nier les préoccupations d'ordre environnemental et social.

Sur le plan environnemental, le Complexe se réalisera dans le respect des principes de développement durable (LEED) et de la valorisation du patrimoine. Tous les terrains sur lesquels le complexe de divertissement sera érigé seront décontaminés. Le projet permet par ailleurs de protéger l'Île Notre-Dame d'un développement démesuré et de préserver sa vocation d'espace vert, tout en donnant l'élan qui nous permettra un jour de nous réapproprier les berges du fleuve le long du Havre de Montréal.

Sur le plan social, Loto-Québec a adopté une approche respectueuse des communautés touchées, rappelant en cela l'exemple de la TOHU, la Cité des arts du cirque de Montréal. Loto-Québec a compris qu'il ne peut y avoir de développement durable s'il n'y a pas d'équilibre entre la responsabilité sociale et le développement économique. Elle a déjà entrepris des discussions avec les populations environnantes pour limiter les inconvénients et favoriser l'emploi. Nous croyons important de considérer ces préoccupations dans toutes les phases du projet. Il importe toutefois qu'elles ne nous fassent pas tomber dans l'immobilisme.

Une Coalition d'appui

Nous ne sommes pas seuls à croire en ce projet. C'est pourquoi nous avons décidé de regrouper des organismes et personnalités des secteurs touristiques, économiques, culturels et sportifs afin de former une Coalition d'appui au projet. Cette Coalition verra à rassembler les informations statistiques et recherches pertinentes sur le projet afin d'en mettre en lumière les avantages et retombées positives et favoriser une décision gouvernementale rapide.

À ce jour, c'est une vingtaine d'organisations parmi les plus importantes de Montréal qui ont pris position en faveur du projet. Nous comptons poursuivre nos rencontres et annoncer d'autres partenaires à mesure qu'ils se joindront à nous.

Le Complexe de divertissement du bassin Peel fait appel au rêve et à la créativité, à la rigueur bien sûr, mais également à l'audace. Ce grand projet, unique au monde, doterait Montréal et le Québec d'un puissant levier de développement économique, touristique et culturel. Nous croyons qu'il faut aller de l'avant.