Texte d'opinion : Une montagne de nuancesTexte d'opinion signé par Isabelle Hudon

Partager sur :
Imprimer

Ajouté le 18 août 2006 dans Textes d'opinion

Texte intégral signé par Isabelle Hudon, présidente et chef de la direction de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, et envoyé aux médias.

Le 18 août 2006

Une montagne de nuances

Parce que la Chambre a participé à la consultation publique de l'Office de consultation publique de Montréal (OCPM) sur le projet d'agrandissement du stade Percival-Molson, c'est avec beaucoup d'intérêt que nous avons pris connaissance du rapport rendu public le 18 août. Il y a tout lieu de saluer le travail de l'OCPM qui présente dans son rapport, non pas une montagne de reproches à l'égard du projet des Alouettes de Montréal, mais plutôt une montagne… de nuances.

Certes, le rapport fait rigoureusement état des préoccupations et des objections de citoyens et autres organismes ayant participé à la consultation. Il identifie plusieurs éléments du projet qui devraient faire l'objet de correctifs. Aussi, il indique que l'acceptation du projet implique des dérogations au plan d'urbanisme et que, selon cette base réglementaire, l'administration municipale pourrait effectivement refuser d'autoriser le projet.

Mais dans les mêmes pages, l'OCPM rapporte également les appuis exprimés en faveur du projet et la contribution des Alouettes au dynamisme et au rayonnement de Montréal. Elle souligne l'important capital de sympathie dont disposent les Alouettes, non seulement chez leurs partisans, mais auprès de « la majorité des participants à la consultation », de même que l'écoute et l'ouverture dont a fait preuve le club à leur endroit. Pour la quasi-totalité des objections ou préoccupations soulevées, le rapport identifie des solutions qui permettraient de rendre le projet acceptable.

En bout de ligne, le rapport présente, avec une objectivité irréprochable, le choix que doivent prendre les élus : « La décision d'autoriser ou non l'agrandissement du stade Molson suppose un arbitrage privilégiant soit le plan d'urbanisme et les politiques complémentaires en vigueur aujourd'hui, soit la présence historique des Alouettes au site Molson, avec les avantages qui en découlent pour le club, les spectateurs et pour Montréal ».

Dans le contexte où le moindre grand projet pour Montréal semble l'occasion d'étaler sur la place publique nos plus profonds déchirements, le rapport de l'OCPM représente une denrée rare : une analyse posée qui, sans masquer les désaccords, offre une assise solide au dialogue et à la conciliation. Au nom de cette magnifique cause qu'est le développement de Montréal, j'encourage tous les intéressés à faire la lecture complète de ce rapport et à en apprécier toutes les nuances : il n'y a pas de terreau plus fertile d'où faire émerger le meilleur projet pour Montréal.