Texte d'opinion : Le Bassin Peel : pour accueillir des foires et pour vivre Montréal

Partager sur :
Imprimer

Ajouté le 23 novembre 2005 dans Textes d'opinion

Texte intégral signé par Isabelle Hudon, présidente et chef de la direction de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, et publié dans Le Journal de Montréal.

Le 23 novembre 2005

Le Bassin Peel : pour accueillir des foires et pour vivre Montréal

Quiconque a eu à voyager dans le cadre de son travail sait qu'il y a au fond deux grands facteurs qui vont déterminer l'enthousiasme (ou l'absence de !) que l'on aura à l'égard d'un déplacement d'affaires : l'événement professionnel lui-même et, surtout, les expériences que nous promettent la ville ou l'endroit où nous nous rendons.

Qu'un congrès ou une foire commerciale soient des événements intéressants, cela appartient aux organisateurs qui en sont responsables. Mais pour ce qui est des « expériences » qui nous y attendent, il en va tout autrement : c'est la combinaison complexe de la beauté de la ville, des institutions qui y sont établies, de l'accueil de ses habitants, de son ambiance, de sa culture et d'une foule d'autres facteurs qui vont faire la différence.

Pour cette raison, il ne suffit pas d'avoir des millions de pieds carrés sans colonnes pour assurer le succès d'un centre de foires. Certes, une infrastructure parfaitement concurrentielle permet la tenue, dans son enceinte, d'expositions et de foires réussies. Mais sans la promesse d'expériences marquantes à l'extérieur des murs, l'ensemble ne peut être complet.

Là-dessus, Montréal peut se compter chanceuse. Notre métropole offre de nombreuses et riches expériences à ses visiteurs : son mélange d'Europe et d'Amérique, la qualité de ses restaurants, la fébrilité de sa vie nocturne, la vitalité de sa scène culturelle et plusieurs autres. Cette combinaison sans pareil d'histoire et de joie de vivre en fait déjà une destination recherchée pour la tenue de congrès.

Ainsi, si nous voulons percer le marché des foires et des grandes expositions, rappelons-nous ceci : un centre de foires moderne est ce qui nous permettra d'accueillir de ces grandes manifestations; mais c'est « l'expérience montréalaise » qui convaincra les organisateurs de ces manifestations de les tenir ici.

Dans ce contexte, seul un centre de foires littéralement branché sur le centre-ville et son inépuisable source d'expériences urbaines permettra à Montréal de se distinguer sur un  marché où la concurrence est, effectivement, très vive.

Sur cette base, une seule possibilité réunit tous les ingrédients nécessaires au succès et c'est le projet du Bassin Peel. Voisin de l'environnement ludique imaginé par le Cirque du Soleil, à un jet de pierre des plus beaux sites historiques de la ville, des hôtels et du cœur du centre-ville, le lieu proposé dans le cadre du projet de centre de divertissement répond admirablement bien aux besoins « d'expériences de proximité » propres à un centre de foires de calibre international.

Tant et si bien qu'à notre avis, opter pour un autre site représenterait rien de moins qu'un double gaspillage : un gaspillage de fonds et, surtout, le gaspillage d'une occasion unique d'établir Montréal parmi les destinations d'affaires les plus courues dans le monde.